PDFImprimerEnvoyer

Jour 14 : un port et un Port

Mise à jour le Mardi, 12 Août 2014 15:21 Écrit par rohou Samedi, 09 Août 2014 08:30

Je profite d'une pause pour cause de houle en mer ce matin pour aller courir et prendre quelques photos dans les deux ports de Roscoff d'où je suis originaire.

Le premier est un port moderne et spacieux, il est 8h et tout semble endormi. L'ambiance est froide et sans vie, accentuée par la lumière du lever de soleil. Si je comprends le besoin pour les navigateurs de faire une halte confortable après plusieurs jours de mer, j'ai l'impression que l'usage principal de ce port soit de pouvoir montrer son plus gros voilier ou son plus gros moteur. Ces ports sont de plus en plus nombreux et se ressemblent tous. C'est pourquoi je les évite dorénavant.

Le port n'est ici qu'un passage forcé entre la terre et la mer. J'ai constaté dans d'autres ports similaires que le passage se faisait si vite que certains se comportaient sur la mer comme au volant d'une voiture de sport sur le périphérique.

Au vieux port, les bateaux entrent et sortent, les gens se promènent sur les quais, les terrasses des cafés se remplissent. Il y a une vie entre la ville et l'océan. Il y a de tout dans le port : du gros caseyeur au dériveur de l'école de voile. On trouve toutes tailles et formes de bateaux.

Le port n'est plus ici qu'un lieu de passage obligatoire mais un théâtre de vie à part entière.

L'après-midi, je reprends la mer au petit port de Mogueriec. Si les algues vertes ont délaissé la baie de St. Efflam, ce n'est pas le cas ici, je pagaie quelques dizaines de mètres dans la soupe. Sur les conseils de mon oncle Yvon,  je fais route bout au courant avant de faire cap vers les rochers de Santec. Je suis alors porté par le flot. La mer est un peu formée au large mais d'un calme olympien entre les rochers. Attention aux cailloux! La mer est encore basse. La plage du Dossen qui me paraissait très grande dans mon enfance, est en fait d'une taille modeste face à celles du sud Bretagne. Direction l'île de Batz sans longer la pointe de Perharidy où m'attendent des cousins (en vain).

Le flot me porte et je vais beaucoup plus vite que prévu. Je décide donc de faire une halte dans le port de l'île de Batz. De là,  j'observe les touristes courir après les vedettes qui retournent sur le continent en traînant leurs enfants en claquettes. Une impression de déjà vu, même quelques dizaines d'années passées.

Après cette pause, je pars me promener entre les rochers du laber quand j'entends les cloches de l'église de Roscoff qui sonnent le carillon. Non, c'est trop! il ne fallait pas!

J'aperçois un couple de mariés en passant sous l'estacade. Quelle "déception" !   Mais félicitations !

Je rentre dans le port avec un peu d'avance. Ma famille n'est pas encore arrivée et s'en trouve déçue de rater mon arrivée. Ils assistent tout de même au débarquement sous le regard des nombreux touristes. Un deuxième oncle arrive au quai, j'ai navigué trop vite (pas besoin de gros moteur :-)), ils ne m'ont pas trouvé en mer.

La balade se finira par un Ti Punch en terrasse.

 

PDFImprimerEnvoyer

Jour 13 : de la pluie et des abers

Mise à jour le Lundi, 11 Août 2014 15:54 Écrit par rohou Samedi, 09 Août 2014 08:10

Mise à l'eau sur la plage de St Pabu pour la remontée de l'aber Benoît. Le temps est gris et humide. Une bruine très fine m'entoure, de la poudre de pluie. Je navigue seul entre les îlots de l'aber dans le silence. L'ambiance est mystérieuse, propice aux rêves et aux légendes bretonnes : vais-je apercevoir la veuve blanche ou le 100 mats des morts ?

Je reprends ma route pour remonter la rivière et croise un magnifique voilier. Je suis surpris car je m'attendais à voir des petits canots bretons de pêche et je me trouve face à des dizaines de petits voiliers vernis ou aux couleurs chatoyantes. Un rassemblement ou un charpentier de marine réputé ?

La remontée jusqu'au pont de Treglonou se fait à vive allure avec la pluie qui forcit. Même avec 30 mn de retard sur l'horaire prévu, il est encore trop tôt. Je devrai attendre 15 mn pour mettre le pied sur la cale ou choisir de m'enfoncer jusqu'aux genoux dans la vase.

 

L'après midi, je descends l'aber Wrac'h sous une pluie battante. Le ciel bleu est à l'horizon et la pluie ne cessera qu'à l'arrivée au port. La houle va monter sur la côte avec le vent et les coefficients de marée. Je décide de passer quelques étapes pour me réfugier à Roscoff.

 

PDFImprimerEnvoyer

Jour 12 : des dauphins et le gipsy II

Mise à jour le Jeudi, 07 Août 2014 19:43 Écrit par Christelle Le Morvan Jeudi, 07 Août 2014 15:14

Départ du fort de Berthaume à Plougonvelin pour un nouveau passage de pointe. La mer est belle et je pars seul pour la pointe St Mathieu. Une petite crainte de l'état de la mer sur la façade ouest. Pas de problème de sécurité car je suis entouré à tribord du sémaphore et à bâbord de la vedette des affaires maritimes qui me dépasse. De l'autre côté, la mer est encore plus belle et le courant me porte vers le port du Conquet. Je m'y arrête déjeuner avant de repartir vers Lampaul en profitant du courant. Au sortir du port, je croise un banc de dauphins qui ne modifiera pas sa route pour moi. Je fais une courte pause sous le CROSS Corsen et demande à une personne de m'aider à accoster car la plage est trop pentue. Il me répond en allemand et me pousse au lieu de me tirer sur la plage, dommage j'ai fais espagnol première langue. A la deuxième demande il me tire enfin au sec.

Mon amie m'interpelle du haut de la falaise et me montre le large. Je tombe par surprise sur Gipsy II, voilier de mon beau frère avec ses jumeaux et ma fille. Nous faisons un bout de route ensemble en tentant de pêcher. Rien de taille suffisante, nous rentrons au port après une nouvelle belle journée.

   

PDFImprimerEnvoyer

Jour 11 : de grottes et de la voiture

Mise à jour le Jeudi, 07 Août 2014 19:12 Écrit par rohou Mercredi, 06 Août 2014 13:10

Après une nuit très pluvieuse et un petit tour en voiture à la pointe de Pen Hir, je décide de ne pas tenter l'Ouest de Crozon, ni la traversée de la rade de Brest. Les conditions sont trop risquées pour le tenter seul.

 

J'en profite donc pour me faire les grottes de Morgat que j'avais ratées la veille. En route, je me fais doubler par un kayak de vitesse mais je gratte quand même deux sit-on-top donc l'avantage pour cette ballade sera de pouvoir entrer plus avant que moi dans les grottes. L'eau est claire, je vois les cormorans se glisser sous mon bateau.

La visite des grottes est vraiment sympa, il faudra y revenir en famille!

L'après-midi, direction Brest en voiture. Je vois la houle dans la rade du pont de l'Iroise, ça doit remuer dans le goulet, cela conforte ma décision. Le fait de naviguer seul m'oblige à plus de prudence.

 

PDFImprimerEnvoyer

Jour 10 : des vieilles coques et des marches

Mise à jour le Samedi, 09 Août 2014 09:02 Écrit par rohou Mercredi, 06 Août 2014 12:47

La matinée est consacrée au port de Douarnenez, l'étape a été raccourci  car une peu longue et sans sites d'accostage pour le repos ou en cas de problème.

Je navigue donc entre les vieilles coques et magnifiques voiliers en bois. Je me glisse sous les pontons d'où je suis apostrophé : " merci monsieur de regagner le chenal ". Le port musée n'est visiblement pas accessible en kayak. Je ressors du port par le chenal, je laisse passer un yacht, le petit pont piéton se lève pour laisser passer son gréement. Il se rabaisse et je jette à l'éclusier " ça devrait passer pour moi ", il sourit.

L'après-midi je pars du plage à vagues direction les grottes de Morgat. La houle est mauvaise, les vagues se rejoignent en pyramide. Je croise un kayakiste sans gilet : " pas bien ! "

Je décide d'interrompre la ballade et fais cap sur la prochaine plage, problème : elle n'est accessible que via un escalier à flanc de falaise. C'est raté pour celle la. La suivante : pas mieux et la dernière avant la pointe n'est accessible qu'en escaladant 10 m de rochers. Je me résous donc à contourner la pointe de l'aber en espérant que la mer ne soit pas trop mauvaise de l'autre côté.

Ça va, je débarque sur une plage à vagues avec plus de succès que la veille. Les kitesurfers se préparent, ça va souffler, j'ai bien fait de m'arrêter.

   

Page 2 sur 4

<< Début < Précédent 1 2 3 4 Suivant > Fin >>