PDFImprimerEnvoyer

La fin de l'aventure

Mise à jour le Lundi, 18 Août 2014 08:41 Écrit par rohou Dimanche, 17 Août 2014 14:21

Je suis dans la baie de St Malo et il me reste deux étapes et une journée pour le programme prévu. Ça fait plusieurs jours que j'ai abandonné l'idée de pousser jusqu'au mont St Michel par manque de temps. J'espérais aller jusqu'à Cancale mais la météo ne me permet pas de passer la pointe du Grouin  seul en toute sécurité. Pour l'étape de St Malo, je viens de parcourir la baie, des difficultés à trouver un camping en ce week-end de 15 août ajouté à une météo incertaine me fait prendre conscience qu'il est temps d’arrêter l'aventure.

Une petite visite de la ville close et une petite crêperie officialiseront la fin des trois semaines de balades.

This is the end !

 

PDFImprimerEnvoyer

Jour 21 : des voiles et un fort

Mise à jour le Dimanche, 17 Août 2014 08:42 Écrit par rohou Dimanche, 17 Août 2014 07:24

Départ vers midi de St Jacut de la mer pour une étape vers St Briac-sur-Mer via les Hébihens. Je n'avais jusqu'ici vu autant de bateaux sur un plan d'eau (pourtant j'en ai vu en 3 semaines).

Il y des :

- voileux heureux : ils naviguent sur des croiseurs ou des vieux gréements, profitant de la brise et de la glisse. Il passent près de moi en douceur avec un sourire et un signe de la main.

- voileux sportifs : ils naviguent sur des catamarans ou des dériveurs à toute vitesse. Ils m’évitent de loin pour optimiser leur trajectoire et me font un geste de la main quand je les croise.

- moteureux ... : ils naviguent sur des vedettes plus ou moins grosses mais toujours à fond. La famille s'accroche pendant que le mari s'éclate au volant. Ils passent près de moi en m'ignorant du regard sans se soucier des vagues qu'ils engendrent. M'obligeant à modifier ma trajectoire.

Je fais une pause à St Briac puis reprends la mer pour prendre de l'avance et profiter de la mer clémente. Sur une pointe avant la plage de Saint Lunaire, j'observe des jeunes qui escaladent la falaise. Je pense que ça ne va pas être simple pour eux de descendre avant d'en voir un sauter entre les rochers. Il y a bien une quinzaines de mètres de haut. Spécialistes ou inconscients ?

Un casse-croûte sur la plage de Longchamp et je repars vers Dinard. Arrive la pointe de Décolle, au large le courant fort qui quitte la baie. Au bord les vagues déferlent sur la roche. Pas de doute, je passe au milieu. Dans la baie de St Malo la mer est calme et je pars directement vers le fort d'Harbour. Plusieurs embarcations profitent de la marée basse pour se poser sur les petites plages éphémères. Je repars en longeant St Malo vers la cale de Dinard qui fera office de dernier débarquement de l'aventure.

 

 

PDFImprimerEnvoyer

Jour 20 : un tour et un demi-tour

Mise à jour le Dimanche, 17 Août 2014 08:37 Écrit par rohou Dimanche, 17 Août 2014 06:51

Je n'ai pas navigué hier pour cause de marée trop basse dans la baie de St Brieuc. Thierry, un copain, m'a proposé de m'accompagner ce matin de Pléneuf-Val-André à Erquy. Il possède un kayak gonflable pouvant être utilisé en double. Je lui propose donc d'abandonner mon kayak en bois pour naviguer ensemble.

Sur la route, il remarque qu'il manque la Volvo noire d'un pécheur qui sort par tout temps sur le parking de Pléhérel-plage. Ce n'est pas bon signe, la mer est mauvaise avant le Cap Frehel.

Après le gonflage de l'embarcation et un timide "ça remue dehors" d'une personne qui remonte son bateau, nous nous mettons à l'eau au port de Dahouet. La mer y est paisible car le port est encaissé et très bien protégé. Au sortir du port, "ça remue", nous prenons les vagues de face. Pas de problème de sécurité avec ce kayak très stable. Après plusieurs mill....iers de centimètres, nous prenons la décision de rebrousser chemin plutôt que de prendre ces vagues de coté pendant plusieurs heures. Dommage ce sera pour une autre fois.

Après un petit tour dans l'abri où nous apprenons par le maître de port que les kayaks y sont interdits, nous sortons et plions notre embarcation en espérant que l'après-midi soit meilleur.

J'embarque d'une petite cale au sud de Fort la Latte sur les conseils de Thierry. Pas de cap Frehel, vous vous doutez pourquoi. Je traverse au calme (ça fait du bien) la baie entre les piquets d'un parc à moules. Plus je fais cap à l'ouest, plus les vagues montent, "ça ne pouvait pas durer !". Cap sur St Cast! Arrivé à la pointe, c'est du sport. J’aperçois ma famille et mes amis sur la pointe mais ne peux leur faire signe car très concentré par le mouvement des vagues, ce sera pour plus tard. De nombreux bateaux pêchent et se baladent, donc : pas de problème de sécurité. De l'autre coté, tout est calme et je peux entrer avec les nombreux voiliers dans ce port sans charme. Direction la plage pour un débarquement en douceur accompagné des enfants :  Lou-Anne, Gabriel, Gurvan et  Maëlla.

   

PDFImprimerEnvoyer

Jour 18 : une écluse et des crevettes

Mise à jour le Dimanche, 17 Août 2014 08:32 Écrit par rohou Jeudi, 14 Août 2014 06:13

En ce jour d'anniversaire et de grande marée, je choisi de naviguer à l'abri de la houle et, tant que je peux, du vent.

Départ de Ploubazlanec pour un longe-côte vers le port de Paimpol. Afin d'éviter le vent, je ne navigue plus à 300 ou 30 m du rivage, mais à 3 m. La mer est haute, les arbres ont les pieds dans l'eau, c'est la célèbre mangrove de Paimpol :-) . Le parfum des arbres en fleur contraste avec celui de la marée. Je longe de magnifiques demeures avec les jardins léchés par les vagues.

Après quelques photos de vieilles coques devant le port, je sors ma VHF à l'approche de l'écluse. J'ai donc l'autorisation d'entrer accompagné d'un voilier. Un vieux canot s'insère derrière moi et me jette un "tu vas avancer! oui !". N'étant pas équipé de rétro-viseur, je ne l'ai pas vu arriver. Je lui jette un "avec s'il te plaît ce serait mieux !". Je ne l'entendrai plus. C'est mon premier passage d'écluse et je me retiens au bout sur le coté de peur d'un courant important à l'ouverture de la porte. Que nenni, l'entrée dans le port se fait en douceur.

Sortir le bateau sera plus compliqué, puisqu'il n'y a pas de cale et les escaliers sont raides, vraiment raides!

 

L'après-midi sera en rivière Je pars de Lézardrieux porté par le vent et courant de la marée descendante. Les rivages sont colorés et variés. Je croise de nombreux voiliers, principalement de l'école de voile qui possède notamment un vieux gréement magnifique. Les stagiaires embarqués sont aux anges.

L'embouchure à marée basse est d'une grande beauté, peut-être le plus beau paysage depuis le départ de l'aventure.

Il est 16h, la mer est basse, coef 113 : vais-je avoir assez d'eau pour arriver à la cale près du sillon du Talbert. Je trouve un petit canal et je me faufile. Les rafales de vents sont très fortes et prennent dans la pale de la pagaie. La navigation n'est pas simple mais le paysage lunaire de la grève à perte de vue en vaut le coup. J'espère arriver au plus près du port mais je suis bloqué à 1km et décide d'attendre, d'attendre, d'attendre ...

J'ai une sensation bizarre d'être observé. En regardant dans l'eau, je constate que des dizaines de crevettes m'entourent et me me regardent. Je laisse mes mains dans l'eau pour ne pas être emporté par le vent. Ça chatouille ! Les crevettes me nettoient les mains. Dire que certains payent pour cela :-)

Il me faudra 2h30 pour faire le km restant, profitant du moindre filet d'eau, dans le vent toujours aussi fort. Désolé pour la famille qui m'attend sur la plage.

 

PDFImprimerEnvoyer

Jour 15-16-17 : des embruns et du vent

Mise à jour le Mercredi, 13 Août 2014 19:08 Écrit par Christelle Le Morvan Lundi, 11 Août 2014 07:44

Repos forcé pour cause de mauvais temps. Aucun bateau ne sort et ça risque de durer quelques jours. La dernière semaine sera plus chaotique. Je vais devoir revoir le parcours pour être plus à l'abri du vent et continuer à avancer. J'oublie le passage des pointes et autres caps. Dommage !

   

Page 1 sur 4

<< Début < Précédent 1 2 3 4 Suivant > Fin >>